VOTRE CENTRE DE MASSAGE, D'AMINCISSEMENT ET DE WATERBIKE

Quelles sont les origines ?

Mise en place par le médecin Danois Niels Ryberg Finsen au début du XXe siècle pour améliorer l’immunité, la Luminothérapie apparait en France dans les années 20 par le biais, entre autre, de Jean Saidman (créateur du Solarium Tournant d’Aix-Les-Bains). La luminothérapie réapparaitra aux états unis dans le domaine de la psychiatrie clinique pour soigner la dépression saisonnière dans les années 80. Pendant plus de vingt ans, plusieurs chercheurs explorèrent cette voie pour le traitement de la dépression saisonnière et plus largement des troubles du sommeil. Mais malgré des résultats spectaculaires, la reconnaissance de cette technique fut extrêmement longue, au point de décourager certains chercheurs.

Ce n’est qu’en 2005, après 20 ans d’indifférence mais confrontés à l’évidence de l’efficacité du traitement, que les collèges et associations professionnelles de psychiatries américains reconnaissaient enfin officiellement la luminothérapie comme un traitement efficace, de première ligne, contre la dépression saisonnière et certains troubles du sommeil.

En France, la Haute Autorité de santé (HAS) reconnaît les bienfaits de la luminothérapie pour la dépression saisonnière et ses récidives dans un rapport publié en 2007. Ce rapport a toutefois été suspendu en 2011, de même que six autres rapports publiés avant 2010. Cette suspension fait suite à la décision de la HAS de gérer les conflits d’intérêts des experts afin d’assurer la qualité de l’information.

 


Pourquoi ?

Chez les personnes souffrant de dépression saisonnière, il est observé un dérèglement du taux de mélatonine (hormone du sommeil) avec un taux particulièrement élevé durant le jour, ce qui se traduit pour ces personnes par une grande fatigue. Le fait de stimuler la rétine via une lumière spécifique, permet de bloquer la transformation de la sérotonine en mélatonine durant la journée. Cela contribue à la reprogrammation de l’horloge biologique et le respect des phases du sommeil.

Quels sont les effets physiologiques de la lumière ?

Par son inhibition de la sécrétion de mélatonine, la lumière permet un réveil amélioré et une meilleure vigilance. Elle régule l’horloge biologique et améliore la synchronisation des rythmes biologiques : ce qui entraînera une meilleure forme et une meilleure énergie vitale. Elle stimule les régions de la base du cerveau et augmente le niveau de sérotonine (neurotransmetteur) qui a un effet antidépresseur et régulateur de l’appétit.

 

A propos de la lumière

Il s’agit du spectre lumineux solaire mais sans infrarouges (IR) ni ultraviolets (UV) qui sont nuisibles pour la peau et la cornée. L’unité d’éclairement est le lux.. La dose recommandée par les spécialistes du domaine est de 10 000 lux à 15 000 lux pendant 20 à 30 minutes le matin. La température de couleur de la lumière est de 4 000 K.

 

Quelles sont les indications ?

  • La dépression saisonnière plus connue sous le nom de TAS (trouble affectif saisonnier).

Encore nommée « Blues de l’hiver », elle se caractérise par des symptômes dits « atypiques » puisqu’ils sont différents de ceux d’une dépression standard. Ainsi, la personne a davantage le goût de manger (féculents et sucre) et de dormir. Une baisse d’énergie et des symptômes cognitifs (culpabilité, dévalorisation, etc.) et une perte d’intérêt pour les activités antérieures peuvent également être présents. Habituellement, les gens présentent ces symptômes dès le mois d’août et ce, jusqu’au mois d’avril. Lorsque ces symptômes affectent significativement les activités quotidiennes de la personne, au point de ne plus aller travailler par exemple, il est alors question de dépression saisonnière hivernale, qui touche environ 3 % de la population. Si les symptômes sont plus modérés, il sera alors question de « déprime hivernale » ou de « blues de l’hiver », qui affecte environ 20 % de la population. Les femmes seraient plus touchées que les hommes. Selon des médecins américains, la lumière constitue un traitement de premier choix pour soigner ce type d’affection et présente l’avantage d’éviter les effets secondaires des médicaments.

  • Les troubles du Sommeil :  La luminothérapie permet de remettre à l’heure l’horloge interne du patient qui présente des décalages de phases ou des insomnies.

Avance de phase du sommeil :

La personne s’endort très tôt (17 h. p. ex.) et se réveille tôt (p. ex. 3 h. du matin). Une séance de luminothérapie vers 17 h. retardera la phase de sommeil vers la nuit.

Retard de phase de sommeil :

La personne s’endort tard et se réveille tard. Une séance matinale de luminothérapie recalera la phase de sommeil vers la nuit.

« Mauvais sommeil » :

Une séance matinale de luminothérapie améliorera le sommeil tout en évitant les effets secondaires des hypnotiques (somnolence matinale, diminution de la mémoire et décapitation des phases III et IV du sommeil, diminution de la libido, risques d’accoutumance et de dépendance). La luminothérapie a été citée comme une des meilleures thérapies non médicamenteuses de l’insomnie.

 

  • Le Jet Lag :

Lors d’un voyage en « sautant » des fuseaux horaires, il ressent un état de fatigue ou d’éveil à un mauvais moment de la journée. Pour se remettre en phase avec le nouvel horaire du pays dans lequel il va, celui-ci a besoin d’un jour de « réadaptation » par fuseau horaire « sauté » . À titre d’exemple, un voyage Benelux ↔ États-Unis engendre un décalage de 6 heures par rapport à l’horaire de départ. Un individu normal aurait besoin normalement de 6 jours de « réadaptation » au nouvel horaire mais, grâce à la luminothérapie, 1 à 2 jours lui suffiront. Chaque voyage devra être analysé individuellement et certaines méthodes de calcul permettent d’établir des traitements de luminothérapie différents selon le nombre de fuseaux horaires « sautés ».

 

  • La fatigue Chronique :

Pour le médecin, le diagnostic n’est pas aisé et ce type d’état du patient est très controversé. Cette fatigue intense peut « cacher » bon nombre de problèmes : dépression, fibromyalgie, mononucléose infectieuse… De manière générale, la luminothérapie, par son action régulatrice sur le rythme circadien (±24h.), aura une action bénéfique sur la fatigue de la personne. Certains individus ont été soulagés de cet état de fatigue anormal par une simple exposition matinale à la lumière.

 

La luminothérapie et la grossesse :

Beaucoup de femmes vivent un baby blues ou une dépression avant/après l’accouchement. Dans le cadre de la grossesse, la protection du fœtus requiert une vigilance extrême quant à la médication. La luminothérapie peut permettre dans de nombreux cas, de manière naturelle et sans effets secondaires, de trouver une solution alternative pour protéger le fœtus. La luminothérapie est un traitement sans danger pour bébé. Les séances de luminothérapie commencées pendant la grossesse peuvent se poursuivent après l’accouchement pour améliorer l’état dépressif post-partum.

La luminothérapie permettra notamment de rétablir les rythmes biologiques jour/nuit et de stimuler la sérotonine sans présenter de danger pour la santé de bébé. L’utilisation de la luminothérapie les fait le matin. Attention de ne pas utiliser la luminothérapie trop tardivement car celle-ci pourrait bloquer la mélatonine en soirée et retarder votre envie de dormir.

 

Fatigue dans les maladies chroniques :

Les personnes touchées par les maladies chroniques et dégénératives ont souvent leur cycle de veille-sommeil perturbé. Elles ont alors tendance à dormir moins pendant la nuit et à faire des siestes pendant la journée. Une suite consécutive de nuits de mauvaise qualité entraine des perturbations néfastes et gênantes chez les personnes atteintes des maladies de type neurodégénératives. C’est pourquoi il est capital de traiter les troubles du sommeil chez le sujet atteint d’Alzheimer, de sclérose en plaques ou de la maladie de Parkinson. Une séance de luminothérapie matinale peut améliorer les états de fatigue intenses. Un examen ophtalmologique sera nécessaire.

 

Personnes âgées :

Les personnes âgées présentent souvent des avances de phase du sommeil : la personne s’endort tôt et se réveille tôt. Une exposition à la lumière vers 17h00 retardera l’apparition du sommeil et décalera ainsi la phase de sommeil vers la nuit. Le personnel soignant est peu nombreux pendant la nuit, ce qui augmente les risques d’accident des personnes âgées qui se relèvent la nuit sans surveillance. N’oublions pas que beaucoup d’hypnotiques présentent de nombreux effets secondaires notamment des effets négatifs sur la mémoire, sur l’équilibre, ils diminuent la vigilance, ils provoquent des effets de sédation nocturne mais aussi diurne, ils ont un effet dépressif et provoquent une dépendance et une accoutumance. La luminothérapie ne présente pas ces inconvénients.

 

Sport :

Des études ont été faites sur l’état de vigilance du cerveau de volontaires exposés ou non à la lumière. Il s’avère que les personnes exposées à une lumière intense répondent plus rapidement et avec plus de discernement que celles mises dans la pénombre. Les sportifs, pratiquant un sport nécessitant une grande attention, verront un intérêt certain dans l’utilisation de la luminothérapie. Pour les sportifs professionnels, un problème de décalage horaire peut s’ajouter.

La luminothérapie et le travail de nuit :

Le travail de nuit a été conçu pour répondre à des besoins de production. Il n’est pas sans conséquences pour la santé car il engendre un dérèglement du rythme biologique et notamment du rythme circadien basé sur l’alternance jour/nuit. C’est ce rythme qui nous commande de rester éveiller le jour et de dormir la nuit.

Ce rythme biologique étant rompu par des contraintes professionnels, les personnes qui travaillent la nuit sont souvent soumis à des troubles du sommeil, à une fatigue importante qui peuvent être source de maladies ou d’accidents du travail.

Le maintien de la vigilance en pleine nuit demande des efforts soutenus afin de ne pas tomber dans la somnolence. De plus, le sommeil diurne est rendu difficile non seulement car l’environnement extérieur est marqué par la lumière mais aussi par diverses nuisances sonores considérées comme normal pour ceux qui sont en activité mais perturbatrices pour ceux qui souhaitent dormir.

Le décalage de l’horloge biologique des travailleurs de nuits a un effet néfaste sur la quantité et la qualité du sommeil.
Au-delà du dérèglement du rythme circadien basé sur l’alternance jour/nuit, les travailleurs de nuit souffre d’un manque de lumière évident. Dormant dans la journée, ils doivent éviter la lumière du jour et travaillant la nuit, ils se retrouvent dans un environnement confiné avec un éclairage artificielle sous éclairé par rapport à une lumière naturelle ou à celle diffusée par les lampes de luminothérapie.

Dans ces situations, la luminothérapie est un moyen d´équilibrer les rythmes circadiens irréguliers et permet d’inverser les phases jour / nuit en changeant l’environnement extérieur et notamment en apportant une lumière se rapprochant de la lumière du jour dans son intensité et sa température (longueur d’onde).

Il est donc vivement conseillé aux travailleurs de nuit d’utiliser la luminothérapie avant de prendre son travail. Il est également souhaitable d’utiliser la luminothérapie vers une heure du matin, heure du coup de pompe afin d’éviter la somnolence et toutes ses conséquences néfastes.

 

Quels sont les effets secondaires ?

La lumière étant dépourvue d’ultra-violets et d’infrarouges, la luminothérapie est a priori dépourvue d’effets secondaires. De légers maux de tête et de l’insomnie sont parfois observés, surtout au démarrage de la cure. Une diminution de la durée d’exposition et un espacement plus important des séances feront disparaître ces petits inconvénients.

Pour les personnes sensibles à la lumière, soignées aux sels de lithium ou à tétracyclines (sensibilisantes), il sera plus prudent d’en parler à votre médecin avant de commencer la séance.

Il sera refusé toute personne souffrant de

– maladie bipolaire car la luminothérapie risque de déclencher un état de crise.

– Dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA)

– Rétinopathie notamment diabétique

– Glaucome

– Cataracte

 

Il est important de rappeler que, même si ALTER FORM est équipé de lampes répondant aux normes médicales CE pour le travail de la luminothérapie, cette prestation n’a aucune visée médicale et/ou thérapeutique, elle reste tournée sur le Bien Etre et la Détente.  ALTER FORM vous propose de faire vos séances avec La luminette® qui est une lunette portative qui vous permet de faire vos séances tout en restant libre de vos gestes et de vos déplacements. Portée à tout moment de la journée pendant 30 minutes, la lumière émise par les 8 LED de la LUMINETTE et reflétée par un hologramme, concentre toute la lumière dans la partie inférieure de la rétine, rythmant ainsi l’horloge biologique. Avantages clés : traitements non médicamenteux, convient aux porteurs de lunettes et lentilles, séance quotidienne.

 

Fermer le menu